De nouveau, la publication de cet article arrive en retard. Je vous prie de m’excuser.

LE HARDWARE

Découverte des entrailles d’un ordinateur par Kévin ROLIN-BÉNITEZ – SRC-1

Le Jeudi 20 Décembre 2012, nous avons assisté durant près d’une heure à une conférence traitant du hardware, c’est-à-dire à la partie physique d’un ordinateur, et des différents éléments le composant, cela dans le but de pouvoir construire son propre ordinateur avec les bonnes pièces. La conférence s’est divisée en deux parties : une première, théorique, sur une étude générale des différents éléments composants l’ordinateur, puis une démonstration afin de savoir overclocker son PC, c’est-à-dire, augmenter ses performances. La conférence était présentée par Sylvain Doignon, un étudiant de notre promotion.

La première partie consistait à expliquer comment est constitué un ordinateur. Pour cela, Baptiste Rohart, avait amené une grande tour, et s’est occupé, grâce à une caméra, de filmer l’intérieur de celle-ci, qui était démontée, afin de nous présenter les différentes pièces composant l’ordinateur.
Tout d’abord, Sylvain nous a présenté les boitiers, qui protègent l’ensemble des éléments d’un ordinateur et donne son apparence à la fameuse « tour ». Comment le choisir ? Sylvain à donner différentes indications en fonction du design, de la ventilation, de la résistance. Il existe trois tailles de boitiers : les BareBone, sortes de « PC Home Cinéma » sortes de mini-tours, les moyennes tours à usage domestique et enfin, les grandes tours. L’avantage des grandes tours est qu’elles permettent d’assembler les composants de manière simple. Quelques marques : Corsair, Antec, Cooler Master. Selon Sylvain, rien ne sert d’acheter un boitier à un prix supérieur de 50€.

Un exemple de boitier : ici, un boitier Corsair

Le second sujet fut celui de l’alimentation. Il faut selon lui, trouver le bon équilibre entre consommation de l’ordinateur et taille de l’alimentation. Pour cela, on peut opter pour une alimentation modulaire, qui permet de choisir les câbles dont on a besoin (ceux-ci, n’étant pas fournis de base avec l’ordinateur), ou plutôt pour une alimentation non modulaire si l’on ne connait pas les câbles qu’il faudrait utiliser, sachant qu’ici, de base, tous les câbles sont déjà présents et reliés à l’alimentation. Il ne reste alors plus qu’à alimenter avec les différents périphériques. Pour ce faire, l’utilisateur qui souhaite installer son propre ordinateur, dispose sur l’embout des connecteurs de 24 broches ATX afin de connecter l’alimentation à la carte mère. Le connecteur Molex quant à lui, sert pour les lecteurs CD. Les câbles SATA, pour les disques durs. Il y a des détrompeurs sur chacun de ces câbles, qui leur donnent un caractère unique et où l’on peut donc difficilement se tromper lors de la connexion.

Un exemple de boitier d’alimentation

Il s’en est suivi une explication sur la carte mère : celle-ci permet de connecter les différentes cartes ainsi que le processeur. Le PCB est le circuit imprimé de la carte mère. Elle dispose de ports externes pour y brancher les disques durs, carte graphique, RAM etc. MSI est une bonne marque de carte mère selon Sylvain.

Une carte mère

Le socket quant à lui, est le slot qui accueille le processeur afin de le relier à la carte mère. Il faut que le couple socket-carte mère soit bien choisi pour que le tout fonctionne bien.

Illustration d’un socket

Le processeur quant à lui est le cerveau de l’ordinateur. Intel et AMD sont les deux principaux fournisseurs de processeurs au monde. Généralement plus performant (en raison d’une fonction « Turbo Boost » depuis i5), voir en avance technologique, Intel fait en sorte que toutes les deux générations de ces processeurs, la finesse de gravure soit changée et devienne de plus en plus fine. Actuellement, un processeur possède une finesse de gravure de 32 nanomètres. Cependant, l’i7 consomme bien plus. L’AMD, lui, est moins cher mais chauffe beaucoup plus. Pour pouvoir comparer deux processeurs, il faut regarder le nombre d’opérations qu’il effectue par seconde. Cela est donné en GHz (Giga Herts par seconde) et correspond à une cadence d’horloge. Pour pouvoir comparer, cela nécessite aussi de regarder le nombre de coeurs que possède un ordinateur. Il s’agit d’un petit processeur dans un processeur (dual core, quad core). Les quad core ont la particularité de faire croire à l’ordinateur qu’ils comptent pour deux, et qu’ainsi que le processeur dispose de 8 coeurs : on appelle cela l’Hyperthreading. En avoir plusieurs permet d’effectuer plus d’opérations, donc de travailler plus rapidement. Le processeur correspond au CPU.

Un exemple de processeur : l’Athlon 64 FX-51 de AMD

La carte graphique, dont les principaux fabricants sont Nvidia et AMD, est un des éléments de l’ordinateur qui chauffe et consomme le plus (de 64W à 250W…). L’avantage des cartes graphiques NVidia est qu’elles sont plus favorables aux jeux, et disposent d’options d’affichages en 3D, avec des lunettes, tandis que les cartes graphiques AMD peuvent générer un affichage jusqu’à 6 écrans en simultanés. Ils évoluent de la même façon que les processeurs, avec une vitesse de gravure de plus en plus fine. La carte graphique forme ce que l’on appelle le GPU. Le calcul par le GPU permet de paralléliser les tâches et d’offrir un maximum de performances dans de nombreuses applications. Il existe différents types de carte graphiques, généralement les DDRIII et les DGRR5 bien plus rapides. Les cartes graphiques disposent de différents ports : VGA, fonctionnant selon une technologie analogique, plus récemment accompagné du DVI, fonctionnant en numérique, ainsi qu’un port HDMI. La solution bi-GPU quant à elle, permet de posséder deux cartes graphiques dans le même ordinateur.

Carte graphique Nvidia Quadro FX 1400

La RAM permet de stocker temporairement des données, de manière rapide et volatile. Elle est vidée une fois l’ordinateur éteint. Il en existe pour des types DDRII et DDRIII et des marques tels que OCZ ou encore Corsair en fabrique (marques opérant d’ailleurs aussi sur le marché des clés USB).

Une barrette de RAM

Le Disque Dur stocke durablement des données. Sylvain a aussi ajouté qu’il s’agissait à l’intérieur de plateaux magnétiques tournant à une très grande vitesse comprise entre 7200 tours par minutes c’est-à-dire 120 tours par seconde. Plutôt que d’utiliser un disque dur pour enregistrer des données importantes, Sylvain à recommander l’utilisation d’un SSD, une grosse clé USB, consommant très peu, ne faisant pas de bruit et rapide : Windows 7 démarre en 17 secondes grâce à une SSD.

Un exemple de carte SSD

Concernant les lecteurs optiques, Sylvain a été bref : lecteur CD, DVD, Bluray…Idem pour les cartes d’extensions pouvant venir s’ajouter à la carte mère : carte son, carte wifi, carte ethernet.
Enfin, la première partie s’est achevée par une petite présentation de différents moyens de refroidissements pour son ordinateur. Tout d’abord, celui-ci à présenter les ventilateurs PWM, pouvant se réguler automatiquement en fonction de la consommation de l’ordinateur, ce qui peut générer plus de silence qu’un ventilateur classique. Un dissipateur peut aussi être utilisé : il sert de radiateur, et permet d’évacuer de la chaleur grâce aux flux d’air. Un dissipateur est souvent utilisé pour les chipsets ou encore les puces mémoires. Le Ventirad quant à lui, est une fusion des ventilateurs et du dissipateur.

Le watercooling est une autre méthode de refroidissement : en faisant circuler de l’eau près des composants électroniques de l’ordinateur, la chaleur diminue. Cela nécessite des tuyaux de bonne qualité, ainsi qu’un dissipateur afin de refroidir l’eau qui circule. Les avantages sont moins de consommation électrique, et du silence.
Enfin, le LN2, utilisé lors des concours d’Overclooking consiste à faire couler sur le processeur de l’azote liquide à -196°c. Mais cela reste dangereux.

La seconde et dernière partie de la conférence était une démonstration ayant pour but de nous expliquer ce qu’est l’Overclocking et le Downclocking. Il s’agit d’une méthode permettant d’augmenter la fréquence du processeur (dans le cas de l’Overclocking) ou de la diminuer (dans le cas du Downclocking si l’ordinateur chauffe trop), afin d’avoir de meilleures performances. Pour cela, il faut penser à augmenter l’alimentation du processeur (ou la diminuer dans le cas inverse). Via CPU-Z, un logiciel gratuit, il est possible de voir les statistiques de son PC.
Pour l’Overclocking et le Downclocking, il faut se rendre dans le BIOS de son ordinateur fixe. Dans le cas de la présentation, la méthode à suivre était :

  • Aller dans le menu « MB Intelligent Tweaker »
  • Augmenter avec prudence le CPU Host Frequency : par défaut, celui-ci est à 266, soit 2.40 GHz
  • Augmenter le « CPU Clock Ratio »
  • Diminuer la RAM en descendant à 2.50 le « System Memory Multiplier »
  • Augmenter l’alimentation de 1,3 V à 1,4 V en fonction du processeur. Au niveau du chargement de Windows, si l’ordinateur plante, cela signifie que la configuration de la RAM est à changer.

En effectuant un overclocking, il y a moyen d’endommager son ordinateur. Néanmoins, des manipulations visant à augmenter jusqu’à 30% les performances de son ordinateur, ne sont pas dangereuses.
Un logiciel appelé OCCT a ensuite été utilisé afin de tester son ordinateur « à l’effort », en occupant les processeurs et cartes à 100%. Le logiciel génère alors des courbes, pour savoir si la configuration est idéale ou non. Si la température du PC ne dépasse pas 85° en pic, après avoir fait durer un tel test durant plus de 6h, alors la configuration est stable De même, le VCore doit être stable.
Enfin, la même manipulation existe pour les cartes graphiques, via le BIOS, et sur le bureau, pour des tests, via le logiciel MSI after burner.

En suivant ce lien, vous obtiendrez davantage d’informations sur l’overcloking.

Au final, cette conférence aura permis d’éclaircir la composition en terme de hardware d’un ordinateur, ainsi que comment améliorer les performances de son PC. Monter son ordinateur soi même permet de bénéficier d’un gain de goût et de performances. Néanmoins, je rappelle encore une fois qu’il est important d’effectuer le montage des pièces ainsi que l’overcloking avec précaution.