Conférence : La 3D

LA 3D

La 3D sous Blender par Thibault ANTUNES

écrit par Kévin ROLIN-BÉNITEZ – SRC-1

blender illustration

Ce Jeudi 30 Mai, nous avons assisté durant près d’une heure à une conférence traitant de Blender, un logiciel gratuit et sous licence communautaire. En effet, la communauté autour de Blender l’enrichit grâce aux nombreux plugins mis à disposition. Blender permet de réaliser des animations et des jeux en 3D. Un étudiant de notre promotion 2013-2014 animait cette présentation : Thibault Antunes.

Cette conférence a débuté une présentation générale concernant les fonctionnalités du logiciel dans son ensemble. Thibault a évoqué le fait que Blender était un logiciel sur lequel bon nombre de débutants s’exerçaient, mais bien qu’il soit gratuit et accessible, Blender propose quand même de pouvoir réaliser des animations de qualités. Malheureusement, Blender n’est pas reconnu dans le monde professionnel, à la différence de Maya ou encore de Cinema 4D et de 3DS Max, bien plus complet mais aussi moins abordable.

La présentation s’est déroulée autour de plusieurs axes. Tout d’abord une séquence visant à expliquer comment apprendre à modéliser, puis le comment faire un décor, animer des objets et enfin, comment modéliser un personnage.

Les deux premières parties furent ouvertes avec la présentation de trois vidéos, afin de donner une idée de la « puissance » effective de Blender. L’une montrait un duel entre un chimpanzé et un guerrier, la deuxième reprenait une réalisation de Thibault, en suivant le trajet d’un vaisseau spatial en pleine guerre spatiale à la sauce Star Wars, et enfin, la dernière, très bien réalisée, présentait une succube dans un bain, attaquant un homme, avec une très bonne immersion due à une vue à la première personne.

 

 

Concernant la seconde partie de la conférence, Thibault a présenté brièvement les principaux outils du logiciel :

  • Mesh : Les meshs permettent de créer des solides (cube, sphère…). Sur le plan de travail, trois axes sont visibles : X, Y et Z. Ils permettent de déplacer un objet dans la longueur, la largeur ou la profondeur.
  • Curves : Cette fenêtre recouvre tous les outils de tracés de forme, chemin. Ils peuvent être utiles pour coupler la caméra au « tracé » d’une vidéo afin que celle-ci puisse suivre l’action, et ainsi réaliser un travelling. La commande « Empty » permet de mettre des éléments qui n’apparaitront pas au rendu (tracking).
  • Edition : on retrouve tous les outils d’éditions (déplacement, rotation, sélection par point, par face, par objet).
  • Lumière : on retrouve ici les différents types de lumières.
  • Render (ou rendu) : cela permet d’afficher l’objet dans son état final après plusieurs calculs fait par le render engine. Quels que soient les logiciels 3D, l’objet que l’on aperçoit dans le logiciel ne possède pas les textures ni les propriétés de lissage, reflet ou autres qui lui sont associés. Le calcul d’un render peut donc mettre beaucoup de temps pour quelques secondes de vidéos.
  • Texture : cette fenêtre permet de modifier l’aspect de l’objet, en rajoutant une couleur, une image.

Thibault a utilisé plusieurs outils à l’intérieur de cette première partie et dans les autres. Ainsi, nous avons pu découvrir les outils de déplacements (cités plus haut), la vue caméra (en utilisant la touche 0), et de modélisation (étirer un objet, le subdiviser, générer des fractals, utile pour créer des montagnes). Ces deux parties concernant la modélisation a peut-être manqué de conseils et astuces pour faire quelque chose de « bien », c’est-à-dire des formes qui ressemblent à des objets connus. Mais rappelons le, cette conférence avait pour but de faire découvrir la 3D, en l’occurrence, seul les bases étaient évoquées.

Voici le principe de l’animation que Thibault a évoqué: mettre un objet dans une position de départ et poser une image clé. Ensuite, déplacer l’objet vers sa position finale et poser une nouvelle image clé.  Pour observer l’animation, il fallait effectuer la combinaison de touche ALT + A. L’élément le plus important dans cette partie est la timeline. C’est là que va se trouver toutes les images clés renseignant les déplacements de l’objet. Ainsi, l’objet se déplace du point de départ au point d’arrivée. La trajectoire la plus courte est calculée et définit ainsi le déplacement entre deux points.

La partie évoquant l’animation des personnages a mis en exergue le fait qu’il fallait utiliser un squelette afin de pouvoir faire bouger ensemble différentes parties d’un même personnage. Le blueprint, quant à lui sert de modèle pour la modélisation à l’aide de formes primaires. Thibault a évoqué le fait qu’il était possible d’utiliser le déformateur « miroir » pouvoir effectuer une modélisation qui se réalise de manière symétrique.

Illustration Squelette et Modélisation

Squelette et Modélisation

La dernière partie réservée à Blender Game n’a pas été vraiment dans les détails, ce qui est regrettable, car, personnellement, j’aurai aimé en savoir plus. Thibault a réalisé une conférence intéressante, posant les bases de Blender, mais manquant malheureusement de temps pour en évoquer toutes les spécificités. Il est aussi regrettable que par manque de temps, il n’ait pas pu faire participer les étudiants de notre promotion à la création d’un personnage, comme il prévoyait de le faire. Ce qu’il faut retenir de cette présentation est cependant que grâce à Blender, quelqu’un qui ne s’y connait pas en matière de modélisation 3D peut prendre ses marques et commencer des créations de qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *