Google : Remise en cause

Fondé le 4 Septembre 1998, Google a été fondé par Larry Page et Sergey Brin. Le moteur de recherche à l’algorithme particulièrement efficace a rapidement évolué pour devenir ce que l’on connaît aujourd’hui : une entreprise en situation de monopole proposant de nombreux services sur Internet. Google fournit ses services dans l’optique de répondre à une mission : organiser les informations à l’échelle mondiale dans le but de les rendre accessibles et utiles à tous. Le géant de l’information applique pour cela de nombreuses stratégies qui lui permet de grandir et de conquérir de nouveaux marchés. Après le rachat de Youtube et l’apparition de son OS Android, Google a récemment racheté Motorola, confirmant sa volonté de s’étendre au domaine de la téléphonie. Néanmoins, Google inquiète de plus en plus en matière de vie privée. Ce problème soulève de nouveaux besoins vis à vis de l’entreprise qui doit désormais se montrer proche du consommateur en le rassurant et communiquant au mieux sur sa politique de protection de vie privée, tout en continuant d’exceller dans le domaine de l’innovation. A noter que Google est aussi l’une des entreprises aux États-Unis qui propose les meilleures conditions de travail.

Googleplex

Le « Googleplex », siège social de Google situé en Californie

 

Quelles sont les crises que traverse Google ?

L’algorithme de Google à la possibilité de mettre au premier plan certains sites par rapport à d’autres grâce au référencement naturel très puissant dont Google seul connaît la recette. Les liens Adwords quant à eux permettent de prioriser l’information et le site web par rapport au classement donné par le référencement naturel. Google peut aussi afficher certaines actualités en fonction de la recherche effectuée, lui seul détenant une nouvelle fois la clé de l’information. Cela peut donc nuire à l’objectivité des informations offerts aux utilisateurs qui pourraient craindre d’être orienté par choix sur telle ou telle information, Google ayant le contrôle des informations qu’il diffuse.

La réputation de Google est donc fragilisée à cause de son outil de recherche, qui parfois, en raison de sa puissance, peut coûter cher à une entreprise (dans le cas d’un site marchand par exemple, mal référencé). Par ailleurs, Google possède des serveurs dans le monde entier, ce qui lui permet en général de se réfugier auprès de la loi du pays qui peut le protéger et qui l’arrange.

Google a connu une censure très forte en Chine. En effet, le gouvernement Chinois a censuré énormément de sites référencés par Google, notamment des sites au caractère engagés qui critiquait le régime chinois. Désireux de contrôler les informations présentes sur Internet afin de gérer la communication du pays, le gouvernement Chinois s’est attaqué d’abord à ce genre de site mais aussi aux activistes utilisant les services Google. Cette action pousse les fournisseurs d’accès internet à modérer les contenus. Suite à ces attaques et à cette censure très forte en Chine, et étant donné que Google ne voulait pas céder aux exigences chinoises, le moteur de recherche décide de se retirer du pays en 2010. Cette histoire est très médiatisée en Chine et de nombreux chinois ont tenu à honorer la décision de Google en déposant à l’ancien siège chinois des fleurs et des messages amicaux en guise de soutien à la société.

Google Chine

Le soutien des chinois à Google exprimé sur l’enseigne de Google

Les Pays-Bas n’apprécient pas les pratiques de Google en matière de données personnelles, et pour cause : la commission gérant les libertés sur internet aux Pays-Bas affirme que l’entreprise utiliserait les données de ses utilisateurs sans en informer clairement ces derniers. Il s’agit en fait de ces changement de politique de confidentialité au cours de l’hiver 2013 qui font polémique. La « CNIL des Pays-Bas » s’indigne de ces nouvelles mesures. « Google tisse une toile invisible de nos données personnelles sans notre consentement. Et cela est interdit par la loi » commente Jacob Kohnstamm, le président de l’équivalent de la Cnil en France. Le mercredi 15 Janvier 2014, Google a décidé de faire appel.  Des affaires similaires ont amener Google en justice.

En décembre 2013, l’Espagne a condamné Google à payer 900 000€. Elles concernent toutes l’insuffisance d’information dont dispose les utilisateurs vis à vis de leurs données personnelles. En effet, Google disposait avant de plusieurs contrats d’utilisations relatifs à leur service. Depuis janvier 2012, Google à décider de centraliser ses conditions d’utilisation dans un seul et même document afin d’en simplifier son accessibilité. Cela permet aussi à Google de proposer des méthodes de ciblages plus performantes vis à vis des publicités et, en proposant une transversalité entre les services Google, d’améliorer la pertinence des résultats proposés par Google. En revanche, cela soulève des problèmes liés à la vie privée des internautes que remet en cause la CNIL. L’Espagne s’insurge contre le manque de transparence de ces informations et le flou vis à vis du stockage de ces information

…Et en France ?

La France souhaite se démarquer de la suprématie de Google. En 2013, l’inauguration du Lab de Google France (une fenêtre sur la culture artistique dans ses locaux) s’est déroulé sans la présence de la ministre de la culture. En France, la création du Lab de Google vient renforcer sa plateforme en ligne dédiée à la découverte d’oeuvres d’arts. Il s’agit en effet d’un lieu physique situé dans les locaux de Google France ayant pour vocation « la collaboration entre la culture et les nouvelles technologies » selon son directeur Amit Sood. Le lieu restera pourtant fermé au public, le Lab étant principalement réservé aux artistes. La Ministre de la Culture, Aurélie Flippetti a justifié son acte en déclarant dans le Monde que Google et le ministère de la culture ne s’entendait pas sur les points suivants : « La question de l’équité fiscale, celle de la protection des données personnelles, celle de la protection de la diversité culturelle et enfin le dossier des droits d’auteurs ». Il s’agit là d’une forme de crise : malgré les bonnes intentions de Google de s’offrir au patrimoine culturel mondial, ses agissements ne font pas l’unanimité.

Malgré les problématiques de Google autour du manque de transparence vis à vis du stockage de ses datas et de ses conflits législatifs de plus en plus fréquents, peut-on penser que le droit arrivera à freiner la croissance exponentielle de Google pour arriver à se dresser contre ce géant du numérique ? Les faits jusqu’à ce jour ont montré que Google jouait de ses serveurs répartis à travers toutes la planète pour échapper aux différentes sanctions qui lui sont adressés. Récemment, la CNIL France s’est interposé face à Google, en condamnant le géant américain à 150 000 € et à annoncer cette nouvelle sur sa page d’accueil de recherche. On peut alors se demander si cela suffira à le ralentir.

Un nouveau débat s’impose alors : celui de la nécessité ou non d’une gouvernance et d’une législation mondiale.

 

Google vie privée

Sources :

Les Pays Bas attaquent Google : http://www.clubic.com/internet/google/actualite-604124-donnees-personnelles-pays-bas-attaquent-google.html

Discorde sur le Google Lab : http://www.20minutes.fr/web/1261561-20131210-google-inaugure-lab-institut-culturel-absence-daurelie-filipetti

L’Espagne condamne Google : http://pro.clubic.com/entreprises/google/actualite-608428-google-amende-900-000-espagne.html

Google fait appel contre le CNIL : http://www.20minutes.fr/web/1274267-20140115-donnees-personnelles-google-fait-appel-decision-cnil-devant-conseil-etat

Protection de la vie privée, droit à l’oubli : http://www.lesnumeriques.com/droit-a-oubli-geants-net-se-rebiffent-contre-bruxelles-n24103.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *