L’art du Kyûdô

« Un cousin éloigné du Tir à l’Arc traditionnel »

Le kyūdō (弓道) qui signifie en japonais : « la voie de l’arc » est issu à la base de la technique guerrière du kiūjutsu. Il se pratique dans un dojo (souvent un shajō, un bâtiment dont le sol est recouvert par un parquet, et où la ciblerie est ouverte vers l’extérieur) avec un arc en bambou ou en fibre de verre (appelé yumi) faisant plus de deux mètres, sachant que le yumi est aussi utilisé dans les cérémonies shinto et dans la pratique du yabusame. Plus d’un million et demi de japonais pratiquent ce sport. Ce sport est très pratiqué à la fois par les hommes et les femmes, que cela soit dans les universités et dans les lycées pour plus de compétitions, ou plutôt dans des dojos, à la recherche du bien être. Le principe même de ce sport, considère en le fait de maitriser l’arc, catalyseur de son énergie, plus que de toucher la cible en elle même, située à environ 120 mètres du pas de tir.

  

Histoire

Dans ses origines, l’arc a toujours été considéré comme une arme importante. On retrouve des traces de cette arme datant de plus de deux mille ans. Les premiers samouraïs se seraient servis de l’arc, comme arme de prédilection au début des combats. Dans la tradition japonaise, l’arc est d’ailleurs assimilé de près à la pensée shinto, qui lui voue des caractéristiques spéciales voir magiques. Des tirs purificateurs sont ainsi tirés à l’aide d’arc, dans le cas d’une naissance, d’un évènement ou de la construction de temples. Le terme de voie de l’arc ne fait cependant son apparition qu’autour du XVIIème siècle, dans différentes écoles, et il faudra attendre la fin de la seconde guerre mondiale avant de voir apparaître le Manuel du Kyûdô, traduit en anglais et en japonais, qui recense, la plupart des enseignements  des écoles de ce sport et des sensei de la fédération japonaise de kyūdō (ANKF). En 1688, un samouraï eut le record de l’archer le plus précis : 8133 tirs en pleine cibles sur 13053 lancés (62,.3% de tir en pleine cible). De nors jours, la fédération internationale de kyūdō née ensuite (l’IKYF) réunissant plus de 17 autres fédérations par pays dont la France en fait partie.

  

Culture

Les flèches utilisées (ya) sont en théorie faites pour ne pouvoir faire détruire celle ci si une autre flèche est tirée sur celle ci. L’archer est aussi équipé d’un gant (ganke) où la corde est crochetée à la base du pouce : il s’agit ici d’un emprunt à la pratique mongole. L’archer est habillé d’un kimono, ainsi que d’un hakama (sorte de pantalon), d’obi (ceinture) et de tabi (chaussettes japonaises séparant le pouce des autres doigts du pied).  Tout en maîtrisant sa posture ainsi que son arc, le but est d’atteindre une cible (mato) munie d’une feuille de papier. Réussir à toucher la cible est synonyme de maitrise de soi et de concentration de l’énergie (le “ki”), qui se manifeste, c’est l’aboutissement d’un éveil que l’on nomme le satori. Le  kyūdō est cependant très codifié, avec une étiquette particulière à suivre : la distance de tir, le respect envers les autres archers. Le kyūdō est vu par certain comme un test de manipulation du ki, et on peut y voir en sa pratique, une forme de thérapie (kotodama) ou encore, une manière d’évacuer son stress. Au delà des considérations liées au Kyudo, les mantras sont des éléments prépondérants dans la culture orientale. On les retrouve dans des piliers socio-culturels tels que le jaïnisme, l’hindouisme, le bouddhisme ou encore le Sikhisme.

kyudo 2

Bonté, Vérité, Beauté, sont les trois valeurs fondamentales dans le kyūdō

La pratique de ce sport a de nombreuses vertues, et repose avant tout sur des valeurs qui sont évoquées dans le Manuel du Kyūdō, à savoir la bonté (gestion des conflits, mettre de côté ses sentiments), la vérité (le son de la corde, le fait de toucher la cible, la réussite provoquée par le succès de sa concentration) et la beauté (la respiration, les déplacements et la gestuelle du corps et de l’esprit). Tout comme les autres arts martiaux japonais, le respect, la courtoisie, et la maitrise de soi est prônée dans le but de développer son équilibre mental et corporel.

A savoir que l’an dernier, la Coupe du Monde de Kyudo avait  lieu le 19 et 20 Juillet 2014 à Paris.

 

Sources

http://www.japan-expo.com/fr/actu/coupe-du-monde-du-kyudo-pour-la-toute-premiere-fois-en-france_2570.htm

http://www.kyudo2014.org/fr.html

http://www.mcjp.fr/francais/conferences-6/kyudo-la-voie-de-l-arc-et-la-980/kyudo-la-voie-de-l-arc-et-la

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *